bonjour_cuicui_fleur

Malgré le froid la vie continue dans la volière...

dernier_n__mixte

Pour commencer, voici la photo du dernier né, qui a déjà bien grandi. C'est  le résultat du mariage d'un papa colombe avec une maman tourterelle. Jusqu'à présent leurs petits étaient d'un blanc immaculé comme le papa. Celui-ci est le premier à avoir un plumage légèrement rosé, mais ce n'est pas encore la couleur de maman tourterelle. Sa queue a un peu souffert de la neige, mais regardez comme il écarte bien ses plumes !

couv_e_1

Mais comme il ne faut pas perdre de temps pour perpétuer la race, maman tourterelle est déjà en place, sur le même nid, et couve conscieusement malgré le froid, deux nouveaux oeufs.

A chaque couvée le nid s'élève un peu plus. Le gel a fait apparaître une sorte de caverne entre deux niveaux, mais il est encore solide. Et ne croyez pas qu'il s'agisse là d'un manque d'entretien de ma part : ces oiseaux sont comme nous ils aiment bien reconnaître leur environnement. Un grand nettoyage, inévitable au printemps, les oblige à reprendre de nouveaux repères.

couv_e_2

Les derniers nés tourterelles sont devenus adultes. Après avoir délaissé plusieurs oeufs, ils se sont enfin décidés à procréer pour de bon dans le second nid mis à leur disposition à l'opposé du premier. Les tourterelles comme les colombes ont des territoires très marqués, et il est fréquent de les voir foncer sur les intrus et se battre à coups d'ailes énergiques pour les défendre. Leurs habitudes de vie n'ont rien à voir avec celles des pigeons, par exemple, qui acceptent volontiers de nicher les uns à côté des autres.  Et si d'aventure l'une d'elles réussit à pondre dans un nid qui n'est pas le sien, elle risque fort d'y perdre ses oeufs... S'agissant de jeunes, il arrive parfois que deux oiseaux couvent en même temps dans le même nid jusqu'à la naissance des deux premiers petits, les oeufs restant n'ayant alors aucune chance d'éclore...

n_approche_pas__

Voici la même tourterelle, sur le même nid. Regardez comme elle gonfle ses plumes, uniquement pour me faire comprendre que je me suis approchée trop près !  Ce n'est que de l'intimidation car ces oiseaux n'ont pas de réels moyens de défense. Leurs coups de bec ne sont dangereux que vis-à-vis de leurs congénères qu'il m'est parfois arrivé de retrouver ensanglantés. Mais il y a toujours une bonne raison à cela : la sélection naturelle...

fait_pas_chaud__

Et voici le conjoint de la précédente. Les plumes ébouriffées sont la meilleure des barrières anti-froid.

En dehors des parades nuptiales la différence entre le mâle et la femelle n'est pas visible à l'oeil nu. Certains prétendent pouvoir les différencier en tâtant leur ventre au niveau de l'orifice, mais bien qu'ayant essayé plusieurs fois je n'y suis jamais parvenue. J'ai seulement pu constater qu'en général c'est la femelle qui couve la nuit pendant que le mâle protège et surveille le nid. Dans la journée ils couvent chacun à leur tour, ce qui leur permet de se dégourdir un peu et de se nourrir.

Cet article n'a rien d'encyclopédique. Il n'est que le fruit de mes observations personnelles et n'engage que moi. J'espère toutefois qu'il vous aura intéressé(e)s.